Critique

[Le nanar de la semaine] Climax: vanité, stupidité et médiocrité

Nicolas Clément
Nicolas Clément Journaliste cinéma

NON-FILM | Gaspar Noé n’a jamais été un cinéaste de la suggestion…

[Le nanar de la semaine] Climax: vanité, stupidité et médiocrité

En ouverture de Climax, nouveau film-trip(es sur la table) qui envoie une troupe de jeunes danseurs en week-end claustro arrosé à la sangria droguée, il liste lui-même ses influences: Un chien andalou, Salò, La Maman et la Putain, Suspiria… Rien que ça. Comble de la lourdeur et de la prétention: ce gigantesque drapeau bleu-blanc-rouge présidant à l’affaire, et insinuant avec la subtilité monstre chère à Noé que sous les gesticulations chorégraphiées censées figurer le paradis et l’enfer (dieu, que c’est embarrassant…) pointe un sous-texte politique qui en dit long sur la France d’aujourd’hui. La devise du film? Vanité, stupidité, médiocrité.

De Gaspar Noé. Avec Sofia Boutella, Romain Guillermic, Souheila Yacoub. 1h35. Sortie: 21/11. °

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content