Critique

[Le nanar de la semaine] American Assassin

FocusVif.be Rédaction en ligne

ACTION | Un thriller vengeur calamiteux, bête à manger du foin.

[Le nanar de la semaine] American Assassin

En ouverture, un attentat-carnage sur la plage d’un hôtel d’Ibiza rappelle furieusement le souvenir de Sousse en 2015, mais évoque davantage un jeu vidéo en roue libre qu’une quelconque tentative de mise en scène de l’horreur. Hypnotisée par sa propre violence, la suite confirme que, désormais, le terrorisme tient du prétexte interchangeable pour pondre du nanar hollywoodien au kilomètre. Soit, en l’occurrence, un thriller vengeur calamiteux et, pire, irresponsable où un jeune chien fou du contre-espionnage américain pourrait bien déjouer la menace d’une guerre nucléaire par amour pour la bimbo aux gros seins morte sous ses yeux de ne pas avoir compris qu’une kalach était possiblement plus dangereuse qu’un parasol à fleurs. Bête à manger du foin.

De Michael Cuesta. Avec Dylan O’Brien, Michael Keaton, Taylor Kitsch. 1h51. Sortie: 11/10. °

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content