Critique

Dragon Quest Heroes: Le Crépuscule de l’Arbre du monde

Dragon Quest Heroes: Le Crépuscule de l'Arbre du monde. © Koei Tecmo Europe
Michi-Hiro Tamaï Journaliste multimédia

Le cultissime jeu de rôle nippon oublie le tour par tour et demande de marteler la manette.

On y tranche simultanément des centaines d’ennemis. Dynasty Warriors a influencé une foule de licences. Mais face aux dispensables One Piece, Dragon Quest Heroes sourit. Le cultissime jeu de rôle nippon oublie donc le tour par tour et demande de marteler la manette. Loin d’être bêtes, équipes et combos en place doivent être mûrement préparés. Visuellement, les graphismes rondouillets de Toriyama honorent l’univers de feu Enix. Les symphonies recyclées de Dragon Quest déclenchent des réactions pavloviennes. Des subtilités offensives (comme la capture d’ennemis à réutiliser sur le champ de bataille). Cet Arbre du monde a de bonnes racines.

EDITE PAR SQUARE ENIX ET DEVELOPPE PAR KOEI TECMO EUROPE, ÂGE: 12+, DISPONIBLE SUR PLAYSTATION 3 ET PLAYSTATION 4.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content