Critique scènes (online): en cuisine pour C’est pas la fin du monde

C'est pas la fin du monde © Céline Chariot
Estelle Spoto
Estelle Spoto Journaliste

Le festival Emulation se poursuivait ce mardi avec le streaming live de C’est pas la fin du monde, un mélange original de réjouissances gastronomiques et de fin de partie annoncée.

So What de Miles Davis à plein tube. Sur ce fond sonore, Julie Remacle et Cédric Coomans fristouillent. Entre le frigo, l’évier et la cuisinière, ça découpe, ça remue, ça mélange, ça grésille… On comprend assez vite que c’est elle qui mène la danse et que lui fait plutôt office d’assistant. Après quelques minutes, c’est prêt. Julie Remacle vient s’installer devant, face caméra pour s’adresser directement aux spectateurs. « Ceci n’est pas le futur des arts vivants », précise-t-elle d’emblée, mais comme faute de grives on mange des merles, ce spectacle prévu pour être partagé -gustativement aussi- avec un vrai public est pour l’instant visible à distance, à travers l’écran.

Du coup, on ne pourra pas sentir l’odeur et encore moins apprécier la saveur et la texture de leur première préparation de la soirée: des onion rings. Une mise en bouche pas choisie par hasard, et qui sert à introduire le thème du spectacle: l’ultime repas de sa vie et le menu qu’on choisirait pour notre dernière cène personnelle.

La compagnie Que Faire? n’est pas la première à recourir à la préparation d’un repas en live, mais avec C’est pas la fin du monde, elle propose un cocktail inédit de sentiments. Elle superpose le réconfort qu’apporte un plat préféré, en particulier quand il convoque des souvenirs heureux de l’enfance, et le goût amer de la mort qui vient, qu’elle soit choisie ou imposée. Dans ce mélange des contraires, Julie Remacle et Cédric Coomans tirent habilement leur épingle du jeu, même si leur spectacte nécessite encore un peu de fluidité pour éviter les temps morts qui donnent l’étrange impression, surtout derrière l’écran, d’assister à un épisode de Top Chef. Et c’est sûr, après ça, vous ne croquerez jamais plus un onion ring comme avant.

C’est pas la fin du monde : présenté dans le cadre du festival Emulation organisé jusqu’au 30 avril par le Théâtre de Liège, www.theatredeliege.be

Partner Content