Critique

Critique ciné: Zurich, road-movie insolite

Wende Snijders dans Zurich de Sacha Polak © DR
Jean-François Pluijgers
Jean-François Pluijgers Journaliste cinéma

ROAD-MOVIE | Deuxième long métrage de la cinéaste hollandaise Sacha Polak (Hemel), Zurich habille de poésie funèbre le portrait d’une femme à la dérive.

C’est l’histoire d’une errance, tant mentale que physique, celle de Nina (Wende Snijders), ombre sur le point de se dissoudre dans la grisaille de ces aires d’autoroutes et autres bars pour routiers qu’elle fréquente avec un zèle désincarné, à la poursuite de quelque fantôme. Et le film de reconstituer le puzzle chahuté de son existence, à rebours de la chronologie. Deuxième long métrage de la cinéaste hollandaise Sacha Polak (Hemel), Zurich habille de poésie funèbre le portrait de cette femme à la dérive. Si le film n’évite pas toujours l’écueil de l’affectation, la prestation frémissante de Wende Snijders, serrée au plus près par la caméra, fait mieux que compenser, pour conférer à ce road-movie insolite une palette d’émotions subtiles.

DE SACHA POLAK. AVEC WENDE SNIJDERS, SASCHA ALEXANDER GERSAK, BARRY ATSMA. 1H29. SORTIE: 17/06.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content