Critique

[Critique ciné] Wild Rose, de Tom Harper

Nicolas Clément
Nicolas Clément Journaliste cinéma

DRAME MUSICAL | Une comédie sociale inscrite dans la plus pure tradition britannique.

Comédie sociale inscrite dans la plus pure tradition britannique -des brouettes de bons sentiments camouflés sous des manières rustaudes et des gros accents appuyés-, Wild Rose se construit sur des jeux d’oppositions faciles noyautés autour d’une pauvre chanteuse de country écossaise qui fantasme sur une carrière à Nashville. Sous couvert d’encourager à rêver, le film fait, à l’arrivée, assez paresseusement sienne la vieille antienne du Magicien d’Oz: « There is no place like home. » Un peu court.

Drame musical de Tom Harper. Avec Jessie Buckley, Julie Walters. 1h41. Sortie: 17/07. **(*)

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content