Critique

[Critique ciné] Vox Lux: aussi poseur que fumeux

© DR
Jean-François Pluijgers
Jean-François Pluijgers Journaliste cinéma

DRAME | Ayant miraculeusement survécu à une fusillade dans son lycée américain, une jeune fille interprète lors de la soirée commémorative une chanson ayant le don de bouleverser l’assistance.

Le début d’une irrésistible ascension qui en fera bientôt une chanteuse adulée… Acteur indé apprécié chez Gregg Araki, Sean Durkin ou Mia Hansen-Love, Brady Corbet signe avec Vox Lux un second long métrage se voulant le portrait d’un XXIe siècle crépusculaire. S’il y a bien là quelques éclairs de mise en scène, tandis que Natalie Portman se démène et plus encore en popstar fatiguée interprétant du Sia, l’ensemble, qui convoque tant qu’à faire pacte faustien, décadence et terrorisme dans un gloubi-boulga indigeste, se révèle en définitive aussi poseur que fumeux…

De Brady Corbet. Avec Natalie Portman, Stacy Martin, Jude Law. 1 h 54. Sortie: 22/05.

Partner Content