Critique

[critique ciné] Vitalina Varela: drame spectral

Nicolas Clément
Nicolas Clément Journaliste cinéma

Dans ce dernier long métrage en date, il suit une Cap-Verdienne de 55 ans ayant attendu son billet d’avion durant de trop longues années et débarquant à Lisbonne trois jours seulement après les obsèques de son mari.

Exigeant cinéaste portugais filmant inlassablement les quartiers paupérisés lisboètes dans une démarche politique à la croisée du documentaire et de la fiction, Pedro Costa a remporté le Léopard d’or en 2019 à Locarno pour Vitalina Varela. Dans ce dernier long métrage en date, il suit une Cap-Verdienne de 55 ans ayant attendu son billet d’avion durant de trop longues années et débarquant à Lisbonne trois jours seulement après les obsèques de son mari. En véritable sculpteur de ténèbres, Costa fait dialoguer les vivants et les morts dans un drame spectral dominé par une proposition plastique très forte. À voir au cinéma Galeries, à Bruxelles, qui consacre une vaste rétrospective à l’oeuvre du réalisateur.

De Pedro Costa. Avec Vitalina Varela, Ventura. 2 h 04. Sortie: 17/11.***(*)

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content