Critique

Critique ciné: Une heure de tranquillité, on ne rit qu’à moitié

Christian Clavier dans Une heure de tranquillité de Patrice Leconte. © DR
Louis Danvers
Louis Danvers Journaliste cinéma

COMÉDIE | Christian Clavier poursuit son OPA sur le « fonds De Funès », et Patrice Leconte son lent mais navrant déclin.

Christian Clavier poursuit son OPA sur le « fonds De Funès », et Patrice Leconte son lent mais navrant déclin, avec cette comédie vaudevillesque ne remplissant qu’à moitié son contrat de faire rire. Certes le récit, mettant en scène un bourgeois féru de jazz et voulant écouter tranquillement le disque rare qu’il vient d’acquérir, ne manque pas de rebondissements à mesure que surgissent les perturbations qui vont l’en empêcher. Mais si le rythme est soutenu, les répétitions abondent, l’invention fait défaut, le sillon unique d’un humour essentiellement théâtral se creuse très profond tandis que Clavier multiplie les colères de manière stéréotypée.

  • De Patrice Leconte. Avec Christian Clavier, Carole Bouquet, Valérie Bonneton. 1h19. Sortie: 31/12.
Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content