Critique

Critique ciné: Un village presque parfait, du lourd

Lorant Deutsch dans Un village presque parfait © DR
Jean-François Pluijgers
Jean-François Pluijgers Journaliste cinéma

COMÉDIE | Mondain carburant au cricket et à la coke, un chirurgien esthétique parisien se retrouve expédié au trou-de-cul du monde.

Soit, en l’occurrence, Saint-Loin-la-Mauderne, bled des Pyrennées plongé en plein marasme, dont l’accès aux subventions européennes qui permettraient de relancer l’industrie locale est conditionné par la présence d’un médecin sur son territoire… Didier Bourdon, dans le rôle du maire, et Lorant Deutsch, dans celui du doc, incarnent le choc des contraires dans cette comédie poussive de Stéphane Meunier (Les Yeux dans les bleus), remake du film canadien La Grande Séduction. Soit, dérivant d’une question sensible, un film érigeant le cliché en principe et la vanne faisandée en option dans le joli décor d’Aulon. Du lourd.

  • DE STÉPHANE MEUNIER. AVEC DIDIER BOURDON, LORANT DEUTSCH, DENIS PODALYDÈS. 1H38. SORTIE: 11/02.
Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content