Critique

[Critique ciné] Three Generations, à tordre le cou aux stéréotypes

Nicolas Clément
Nicolas Clément Journaliste cinéma

DRAME | Elle Fanning, Naomi Watts et Susan Sarandon incarnent trois générations travaillées par la question des choix cruciaux à poser dans une vie.

[Critique ciné] Three Generations, à tordre le cou aux stéréotypes

Étoile montante du Landerneau hollywoodien, Elle Fanning, 18 ans tout juste au compteur, fait le grand écart sur les écrans en quelques mois à peine, passant de la beauté fatale de The Neon Demon, le trip horrifique au formalisme glacé de Nicolas Winding Refn, à ce drame intimiste où elle campe, tout en adolescence revêche, un garçon né dans un corps de fille. Ramona est bien décidée à devenir Ray pour de bon, donc, mais doit pour cela remonter la trace d’un père absent dont il s’agit d’obtenir le consentement légal. Soit les prémices d’une quête identitaire amenant à gratter là où ça fait vraiment mal, jusqu’à faire exploser le brise-lames familial des secrets et mensonges…

Fanning, Naomi Watts et Susan Sarandon -casting de luxe- incarnent trois générations travaillées par la question des choix cruciaux à poser dans une vie. Si la dernière radote un peu en éternelle excentrique sur le retour, les deux autres trouvent souvent le ton juste. Le film de Gaby Dellal (On a Clear Day) aussi, tordant idéalement le cou aux stéréotypes sans trop tirer sur la corde du mélo. Modeste, un éloge sensible du champ des possibles emballé avec soin et savoir-faire, malgré un sens du montage parfois très approximatif.

DE GABY DELLAL. AVEC ELLE FANNING, NAOMI WATTS, SUSAN SARANDON. 1 H 32. SORTIE: 07/12. ***

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content