Critique

[Critique ciné] The Room, nanar à l’esthétique publicitaire

Nicolas Clément
Nicolas Clément Journaliste cinéma

DRAME FANTASTIQUE | Olga Kurylenko et Kevin Janssens cabotinent à l’envi dans ce film qui rappelle le lourdingue Mother! de Darren Aronofsky.

Un couple, une maison isolée à retaper, des murs qui renferment un lourd secret: sur ces prémices rabâchées au possible, Christian Volckman greffe l’idée aux accents fantastiques d’une pièce dans laquelle tous les voeux peuvent être exaucés. Comme quoi, par exemple? L’enfant que la nature a toujours refusé à Kate et Matt? Bingo. Si la pauvreté de l’imaginaire développé par The Room laisse tout bonnement sans voix, que dire de la grossière parabole sur le désir insatisfait que renferme son ridicule scénario à twists? Olga Kurylenko et Kevin Janssens cabotinent à l’envi dans ce nanar à l’esthétique publicitaire qui rappelle plus d’une fois le lourdingue Mother! de Darren Aronofsky. En pire.

De Christian Volckman. Avec Olga Kurylenko, Kevin Janssens. 1h30. Sortie: 06/11. *

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content