Critique

[Critique ciné] The Hummingbird Project, sujet brûlant pour un film qui s’enlise

Jean-François Pluijgers
Jean-François Pluijgers Journaliste cinéma

DRAME | Kim Nguyen investit l’univers impitoyable du trading à haute fréquence à la suite de deux nerds pensant avoir trouvé la pierre philosophale version 2.0.

Time Is Money. Acquis à ce précepte, deux traders à l’esprit et aux dents affûtés (Jesse Eisenberg et Alexander Skarsgard) entreprennent, en 2011, d’ériger un câble en fibre optique permettant de véhiculer l’info du Kansas à New York en 16 millisecondes (un battement d’ailes de colibri, d’où le titre du film), histoire de griller la concurrence, leur ancienne employeuse la première (Salma Hayek, en Cruella du monde de la finance)… Révélé en 2013 par Rebelle, le cinéaste canadien Kim Nguyen investit l’univers impitoyable du trading à haute fréquence à la suite de ces deux nerds pensant avoir trouvé la pierre philosophale version 2.0. Si le sujet -l’inanité de la rapacité à tout crin- est brûlant, le film souffre d’un manque de rythme comme de consistance, s’enlisant sur la distance.

De Kim Nguyen. Avec Jesse Eisenberg, Alexander Skarsgard, Salma Hayek. 1h51. Sortie : 11/09. **(*)

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content