Critique

[Critique ciné] Tanguy, le retour: juste plaisant

Louis Danvers
Louis Danvers Journaliste cinéma

COMÉDIE | Donner une suite à Tanguy revient à prolonger bien plus qu’un film, car l’impact de la comédie de 2001 dépassa le cadre du cinéma.

Le personnage du fils bientôt trentenaire et accroché au cocon familial est entré dans la vie réelle sous la forme d’un « type ». On parle d’un Tanguy comme on parle d’un Don Juan ou d’un Rastignac. Étienne Chatiliez frappe donc une deuxième fois, faisant revenir Tanguy (Éric Berger) de Chine où sa femme l’a quitté. Le désormais largement quadragénaire débarque sans prévenir chez ses parents avec sa fille. D’abord solidaires de leur rejeton éploré, Édith (Sabine Azéma) et Paul (André Dussollier) verront leur univers bouleversé, dans un spectacle cherchant vainement le souffle grinçant du premier film. Pas assez tendu, pas assez méchant, juste plaisant.

D’Étienne Chatiliez. Avec André Dussollier, Sabine Azéma, Éric Berger. 1h33. Sortie: 10/04. ***

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content