Critique

[Critique ciné] Risen, vain mais pas forcément déplaisant

Risen (La Résurrection du Christ) de Kevin Reynolds © DR
Nicolas Clément
Nicolas Clément Journaliste cinéma

PÉPLUM | En brave entertainer hollywoodien, Kevin Reynolds (Robin Hood: Prince of Thieves, Waterworld) ne peut s’empêcher de raconter l’histoire de la résurrection de Jésus comme s’il s’agissait d’un bon tour de David Copperfield.

Narré du point de vue du tribun romain Clavius, son Risen manque en tout cas singulièrement de mystère, et le visage mono-expressif de Joseph Fiennes semble avoir été taillé dans la pierre qui ferme le tombeau du Christ. Mais le film, empreint d’une solennité parfois franchement grotesque, offre aussi le plaisir tout bête de se laisser happer comme un enfant (de choeur?) par un récit que l’on connaît pourtant déjà sur le bout des doigts. Vain mais pas forcément déplaisant pour autant, donc.

De Kevin Reynolds. Avec Joseph Fiennes, Tom Felton, Cliff Curtis. 1h47. Sortie: 06/04.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content