Critique

[Critique ciné] Red Sparrow, pas convaincant

Jean-François Pluijgers
Jean-François Pluijgers Journaliste cinéma

THRILLER D’ESPIONNAGE | Après la saga The Hunger Games, changement de registre pour Francis Lawrence avec Red Sparrow.

[Critique ciné] Red Sparrow, pas convaincant

Les temps sont durs pour Jennifer Lawrence, qui poursuit dans Red Sparrow le martyre entamé dans Mother!, sous les traits cette fois d’une ballerine du Bolchoï qu’un accident contraint à renoncer à sa carrière pour se retrouver embrigadée malgré elle dans les services secrets russes, avec ses charmes en guise d’armes létales. Confié à Francis Lawrence (The Hunger Games) , le thriller d’espionnage qui s’ensuit convoque les fantômes de la guerre froide entre Budapest, Londres et Moscou, théâtre d’un jeu de dupes impliquant à des titres divers Joel Edgerton, Charlotte Rampling, Jeremy Irons ou encore Matthias Schoenaerts (ajoutant à son profil international un emploi d’agent russe de haut vol). Lesquels n’y mettent guère plus de conviction que Francis Lawrence à faire prendre la sauce…

De Francis Lawrence. Avec Jennifer Lawrence, Joel Edgerton, Matthias Schoenaerts. 2h19. Sortie: 28/02. *(*)

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content