Critique

[Critique ciné] Peur de rien, soufflant!

Vincent Lacoste et Manal Issa dans Peur de rien de Danielle Arbid. © DR
Louis Danvers
Louis Danvers Journaliste cinéma

CHRONIQUE DRAMATIQUE | Personne n’en voulait, mais elle l’a fait! Danielle Arbid joue les risque-tout avec un Peur de rien dont la réussite a un petit goût de revanche.

Lina débarque à Paris de son Liban natal, avide de savoir et de liberté. Elle a 18 ans, du caractère à revendre, curieuse de tout et prête pour la vie (même si c’est au départ la survie), pour l’amour (même conjugué au pluriel). Nous sommes dans les années 90, fascistes et anarchistes s’affrontent sur les campus, la carte de séjour est tout sauf garantie, rien n’est assuré mais le monde est là, à portée de désir… Danielle Arbid signe avec Peur de rien une petite merveille de chronique juvénile, pleine d’une folle énergie, battant en brèche les clichés sur l’immigration. Ce film d’apprentissage se cheville à sa formidable interprète: Manal Issa. Une toute nouvelle venue qui bouffe la caméra comme son personnage veut dévorer la vie. Soufflant!

DE DANIELLE ARBID. AVEC MANAL ISSA, VINCENT LACOSTE, PAUL HAMY. 2H. SORTIE: 02/03.

Dans le Focus du 26 février, notre interview de Danielle Arbid.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content