Critique

Critique ciné: Mr Holmes, drame policier à la beauté crépusculaire

© DR
Nicolas Clément
Nicolas Clément Journaliste cinéma

Dix-sept ans après un mémorable Gods and Monsters rendant hommage à James Whale, le réalisateur tourmenté de L’Homme invisible ou de La Fiancée de Frankenstein, Bill Condon retrouve le concours de sir Ian McKellen.

Dix-sept ans après un mémorable Gods and Monsters rendant hommage à James Whale, le réalisateur tourmenté de L’Homme invisible ou de La Fiancée de Frankenstein, Bill Condon retrouve le concours de sir Ian McKellen. Lequel incarne ici un Holmes diminué et en fin de vie, hanté par une affaire vieille de 50 ans. Porté par la bande-son élégante de Carter Burwell, un drame policier à la beauté crépusculaire doublé d’une réflexion sensible sur le temps qui passe. Aux antipodes de la surenchère débilos d’un Guy Ritchie (les Sherlock Holmes avec Robert Downey Jr.), donc.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

  • DRAME POLICIER DE BILL CONDON. AVEC IAN MCKELLEN, LAURA LINNEY. 1 H 44. SORTIE: 22/07.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content