Critique

[Critique ciné] Morgan, le mythe de Frankenstein revisité

Kate Mara dans Morgan de Luke Scott. © Aidan Monaghan
Jean-François Pluijgers
Jean-François Pluijgers Journaliste cinéma

SCIENCE FICTION | Le fils de Ridley Scott signe un premier long métrage sous influence.

Do Androids Dream of Electric Sheep?, se demandaient Philip K. Dick, et Ridley Scott à sa suite dans Blade Runner. Ils rêvent en tout cas de lacs de montagnes, à en croire Luke Scott, fils du second, qui signe avec Morgan un premier long métrage sous influence. Lee Weathers, une gestionnaire de risques, y est envoyée dans un labo secret pour enquêter sur un accident ayant impliqué Morgan, humanoïde de la dernière génération. Et l’affaire de bientôt soulever des enjeux plus vastes, au coeur d’un thriller de science-fiction revisitant plutôt efficacement le mythe de Frankenstein, avant d’opérer une mutation malheureuse pour se transformer en film d’action basique, genre pour lequel Kate Mara (vue… dans The Martian) montre d’évidentes dispositions.

De Luke Scott. Avec Kate Mara, Anya Taylor-Joy, Toby Jones. 1h32. Sortie: 21/09. **

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content