Critique

[critique ciné] Marcher sur l’eau, un documentaire sensible, poétique et didactique

La comédienne Aïssa Maïga livre un premier documentaire sur la problématique du dérèglement climatique à travers le prisme d’une petite communauté peule, ignorée de tous.

Houlaye a 14 ans. Sur ses épaules, le poids d’un seau d’eau. Le poids aussi d’une responsabilité acquise trop tôt, celle de veiller sur son petit frère. Le poids du monde sur ses frêles épaules, un monde déréglé par d’autres, à des milliers de kilomètres. Houlaye vit à Tatiste, petit village au nord du Niger. Il y pleut deux mois par an, et une bonne partie des journées d’Houlaye est consacrée à aller chercher de l’eau, loin du village. Avec Marcher sur l’eau, Aïssa Maïga, la comédienne française remarquée pour sa courageuse prise de parole sur la faible place laissée aux talents racisés dans le cinéma français lors des César, livre un premier documentaire sensible, poétique et didactique sur la problématique du dérèglement climatique à travers le prisme d’une petite communauté peule, ignorée de tous. Alors que l’on s’inquiète, au Nord, des conséquences que le réchauffement climatique pourrait avoir chez nous, au Sud, elles sont déjà bien présentes. Le constat est clair et net, pourtant Aïssa Maïga évite toute tentation moralisatrice. Plutôt qu’aborder frontalement la question, elle en explore les nombreuses conséquences: la faim et la soif, très littéralement, mais aussi l’exode rural, la déscolarisation, ou les violences faites aux femmes, car le manque d’eau a un impact profond sur toute la vie de la communauté. D’une grande beauté formelle -celle-ci focalise souvent beaucoup l’attention, parfois au détriment du discours-, Marcher sur l’eau fait preuve d’une saine pédagogie et d’une belle empathie, et permet de s’interroger sur notre propre mode de vie, en prenant conscience de celui que, par ruissellement, nous imposons aux autres.

D’Aïssa Maïga. 1 H 30. Sortie: 25/01. ***

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content