Critique

[Critique ciné] Le Chardonneret (The Goldfinch), laborieux en tout point

Nicolas Clément
Nicolas Clément Journaliste cinéma

DRAME | Une transposition ankylosée, confuse et indécise du phénomène littéraire de 2013.

Récit d’apprentissage malade noyauté autour d’une explosion traumatique et d’un petit tableau d’un grand maître flamand, Le Chardonneret fut, à sa sortie fin 2013, un phénomène littéraire à combustion spontanée très vite taxé d’inadaptable. À raison… Risée de la critique et bide total dans les salles aux États-Unis, cette transposition ankylosée, confuse, indécise, se perd dans les méandres de la brique-monstre de Donna Tartt comme un Thésée sans fil d’Ariane dans le labyrinthe du Minotaure. En résulte un mille-feuilles désincarné et poussiéreux, monté avec les pieds, dont l’académisme de narration réduit l’enjeu à un mystère de pacotille. Une piètre imitation du grand oeuvre qu’il ne sera jamais. Laborieux en tout point.

De John Crowley. Avec Oakes Fegley, Ansel Elgort, Nicole Kidman. 2h29. Sortie: 09/10. *(*)

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content