Critique

[Critique ciné] La Vie très privée de Monsieur Sim, drame ordinaire

Jean-Pierre Bacri dans La Vie très privée de Monsieur Sim © DR
Nicolas Clément
Nicolas Clément Journaliste cinéma

COMÉDIE DRAMATIQUE | Jean-Pierre Bacri semblait taillé pour ce rôle de quinqua sans histoire, terne et un peu lâche.

Jean-Pierre Bacri semblait taillé pour ce rôle de quinqua sans histoire, terne et un peu lâche, débitant ses observations ennuyeuses à mourir -littéralement- sur l’existence tandis qu’il promène sa solitude de colporteur dans la tristesse endémique des zonings de province. Derrière la caméra, Michel Leclerc (Le Nom des gens, Télé gaucho) amène la crise identitaire ciblée par le roman de Jonathan Coe sur un terrain résolument franchouillard, traquant l’humour beauf et dépressif -un chapelet de blagues un peu rances autour d’un GPS- dans des situations à l’absurdité souvent trop ostentatoire. Mais quand il hume enfin sans ironie le parfum d’aventure tapi au coeur même du drame ordinaire, son film parfois désarme, donnant à ressentir l’envie d’avoir envie d’un homme à la dérive.

DE MICHEL LECLERC. AVEC JEAN-PIERRE BACRI, MATHIEU AMALRIC, VALERIA GOLINO. 1H41. SORTIE: 16/12.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content