Critique

Critique ciné: Jamais de la vie, Gourmet au sommet de son art

Olivier Gourmet dans Jamais de la vie de Pierre Jolivet. © DR
Louis Danvers
Louis Danvers Journaliste cinéma

DRAME | Olivier Gourmet trouve un de ses meilleurs rôles dans ce drame très âpre, aux puissantes résonances sociales.

Il est Franck, ex-ouvrier et délégué syndical abordant la cinquantaine dans l’uniforme d’un gardien de nuit d’un centre commercial de banlieue. Revenu désabusé de ses anciens combats, il voit son attention mobilisée par les manoeuvres suspectes d’un 4×4. Sa curiosité ainsi réveillée le remettra sur le chemin de l’action… Minutieux dans son réalisme, détaillé dans son exploration de l’humain, Jamais de la vie nous dit quelque chose de la déréliction, de la relégation, dans une France que le film scrute sans ciller, à travers les yeux d’un Gourmet au sommet de son art.

DE PIERRE JOLIVET. AVEC OLIVIER GOURMET, VALÉRIE BONNETON, MARC ZINGA. 1H35. SORTIE: 29/04.

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content