Critique

[critique ciné] Io sto bene, terriblement schématique et balisé

Nicolas Clément
Nicolas Clément Journaliste cinéma

Fraîchement retraité, le vieil Antonio (Renato Carpentieri) a passé bien malgré lui toute sa vie loin de son pays natal quand il rencontre Leo (Sara Serraiocco), une jeune DJ qui tente sa chance à l’étranger: soit le point de départ téléphoné d’une relation intergénérationnelle vaguement complice aux résonances hélas désespérément stériles. Un film terriblement schématique et balisé, entrecoupé de flash-back à la patine très artificielle, qui se complaît dans une mélancolie de carte postale.

De Donato Rotunno. Avec Renato Carpentieri, Alessio Lapice, Sara Serraiocco. 1h34. Sortie: 02/02. *(*)

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content