Critique

[Critique ciné] Human Flow, une oeuvre aussi urgente que nécessaire

Jean-François Pluijgers
Jean-François Pluijgers Journaliste cinéma

DOCUMENTAIRE | Ai Weiwei se consacre à la question des réfugiés à travers un documentaire-somme qui le voit arpenter le monde.

[Critique ciné] Human Flow, une oeuvre aussi urgente que nécessaire

Artiste-star doublé d’un activiste opiniâtre, Ai Weiwei s’était déjà penché sur la question des réfugiés à travers installations et travaux photographiques. Il lui consacre aujourd’hui un documentaire-somme qui le voit arpenter le monde, s’arrêtant dans 23 pays à la rencontre de ceux que la famine, les bouleversements climatiques et la guerre ont contraints à quitter leur pays. Le résultat est intéressant à plus d’un titre: dans sa forme, d’abord, le film oscillant entre art conceptuel -avec un recours inspiré aux drones notamment- et réalité humaine, le réalisateur y injectant par ailleurs de la poésie. Dans ce qu’il soulève, ensuite, à travers la multiplicité des témoignages qui le composent et qui donnent au propos des allures d’inventaire, pour un constat d’ensemble objectivement désespérant. Caractéristique de son oeuvre, la tendance de Weiwei à se mettre lui-même en scène peut, par endroits, sembler déplacée dans semblable contexte. Reste que, au-delà de son narcissisme maladroit et d’un côté quelque peu fastidieux sur la longueur, Human Flow est une oeuvre de conscientisation aussi urgente que nécessaire…

De Ai Weiwei. 2h20. Sortie: 24/01. ***

>> Lire également notre interview d’Ai Weiwei.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content