Critique

[Critique ciné] Goden van Molenbeek, bien trop artificiel

© DR
Nicolas Clément
Nicolas Clément Journaliste cinéma

DOCUMENTAIRE | Un documentaire identitaire littéralement filmé à hauteur d’enfants.

De « l’autre côté du canal », le film cueille Aatos et Amine, deux amis âgés de six ans que tout semble devoir opposer -l’un est d’origine finlandaise, l’autre marocaine; l’un vient d’un milieu athéiste, l’autre islamiste-, au moment du double attentat de Bruxelles. Traversé par la question du vivre-ensemble, Goden van Molenbeek, documentaire identitaire littéralement filmé à hauteur d’enfants et à l’évident sens de l’image, repose sur l’idée pas forcément fallacieuse que la vérité sort de la bouche des bambins. Le côté mignon/naïf a ses limites, toutefois, et le monothématisme divin de leurs jeux et de leurs discussions apparaît ici bien trop artificiel.

De Reetta Huhtanen. 1h22. Sortie: 20/03. **(*)

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content