Critique

[Critique ciné] Fisherman’s Friends, incapable de nuances

Nicolas Clément
Nicolas Clément Journaliste cinéma

COMÉDIE DRAMATIQUE | L’improbable collaboration entre un producteur musical londonien cynique et une bande de fiers pêcheurs spécialisés dans les chants marins.

Basée sur des faits réels, cette comédie incapable de nuances raconte l’histoire de l’improbable collaboration entre un producteur musical londonien cynique et une bande de fiers pêcheurs de Port Isaac spécialisés dans les chants marins, assénant ses leçons de morale -l’important dans la vie c’est d’être authentique, les gens de la ville sont tous des idiots arrogants, ce genre d’âneries…- avec cette fausse impertinence à l’anglaise qui dissimule mal ses rengaines normatives. Possiblement sponsorisé par l’office du tourisme des Cornouailles, Fisherman’s Friends aligne les paysages de carte postale et les moments d’amitié virile, bourrue et extatique avec une cafardeuse rigueur métronomique.

De Chris Foggin. Avec James Purefoy, Daniel Mays, Tuppence Middleton. 1h52. Sortie: 11/09. *(*)

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content