Critique

[Critique ciné] Fatwa, un propos fort pour un film éclairant

Jean-François Pluijgers
Jean-François Pluijgers Journaliste cinéma

DRAME | Un portrait de la Tunisie de l’après-Ben Ali, s’intéressant tout particulièrement aux mécanismes de la radicalisation.

[Critique ciné] Fatwa, un propos fort pour un film éclairant

Tunis, 2013. De retour au pays pour y enterrer son fils Marouane, mort dans un accident de moto, Brahim Nadhour, un homme installé en France depuis son divorce, ne peut se résoudre à accepter la version officielle des faits. Et de mener sa propre enquête, pour découvrir que le jeune homme avait été embrigadé par une organisation salafiste, tandis que son ex-femme, Loubna, une militante laïque, faisait l’objet de menaces sérieuses. S’appuyant sur une mécanique de film policier, Mahmoud Ben Mahmoud (Poussières de diamant, Les Siestes grenadine) s’attelle au portrait de la Tunisie de l’après-Ben Ali, s’intéressant tout particulièrement aux mécanismes de la radicalisation et à une contagion obscurantiste opérée au détriment d’un islam modéré et tolérant. Un propos fort, pour un film éclairant, justement incarné par Ahmed Hafiane, mais péchant par excès de didactisme.

De Mahmoud Ben Mahmoud. Avec Ahmed Hafiane, Ghalia Benali, Sârra Hanachi. 1h42. Sortie: 20/02. ***(*)

>> Lire également notre interview du réalisateur.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content