Critique

[Critique ciné] Divergente 3: au-delà du mur, une absence d’enjeux

Divergente 3: au-delà du mur (The Divergent Series: Allegiant) © DR
Jean-François Pluijgers
Jean-François Pluijgers Journaliste cinéma

SCIENCE-FICTION | Troisième volet de la teen-saga Divergent, Allegiant voit celle-ci prendre le même chemin que The Hunger Games, l’intérêt décroissant à mesure que les épisodes se succèdent.

Troisième volet de la teen-saga Divergent, Allegiant (Au-delà du mur en vf) voit celle-ci prendre le même chemin que The Hunger Games, l’intérêt décroissant à mesure que les épisodes se succèdent. La faute à Robert Schwentke, réalisateur fort peu inspiré, mais encore à un scénario cachant son absence d’enjeux dans un salmigondis inepte, et envoyant Tris Prior (Shailene Woodley) et Four (Theo James), son compagnon, au-delà du mur encerclant Chicago, pour y découvrir le Bureau du bien-être génétique et ce qui s’y trame. On en frémit, et la suite mélange sans surprise effets spéciaux, action et un zeste de sentimentalisme dans un bouillon particulièrement indigeste, où surnage Miss Woodley, rejointe notamment par Jeff Daniels.

De Robert Schwentke. Avec Shailene Woodley, Theo James, Milles Teller. 2h01. Sortie: 09/03.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content