Critique

[Critique ciné] Cold Case Hammarskjöld, un film-enquête ludique et glaçant

© DR
Nicolas Clément
Nicolas Clément Journaliste cinéma

DOCUMENTAIRE | Documentariste danois au ton volontiers ironique et provocateur, Mads Brügger (The Red Chapel) tient de l’improbable mélange entre la dinguerie gonzo d’un Hunter S. Thompson et le nombrilisme dénonciateur d’un Michael Moore.

Avec Cold Case Hammarskjöld, ce trublion assez irrésistiblement borderline se lance dans une enquête-fleuve sur ce qui pourrait bien être le meurtre le plus mystérieux du monde. À moins, comme il le dit lui-même, qu’il ne s’agisse là de la théorie du complot la plus idiote qui soit. Mais encore? Dans la nuit du 17 au 18 septembre 1961, l’avion qui transportait le secrétaire général des Nations Unies Dag Hammarskjöld s’écrase étrangement au coeur d’une forêt de la Rhodésie du Nord (l’actuelle Zambie). Soucieux de protéger les intérêts des pays africains fraîchement indépendants, le diplomate suédois s’était rendu hautement impopulaire auprès de plusieurs puissances occidentales, dont la Belgique évidemment, mais les circonstances exactes de sa mort sont toujours restées opaques. Plus d’un demi-siècle après, Brügger reprend le fil de l’histoire, taillant à la machette dans la jungle de secrets et mensonges occultant la vérité sans jamais rien cacher des ficelles qui sous-tendent la construction même de son documentaire. S’il se met beaucoup en scène, il le fait avec énormément d’esprit et de savoir-faire, s’autorisant les doutes et les impasses, dans un film-enquête ludique et glaçant à la fois, aux hallucinantes révélations finales ouvrant sur une affaire bien plus énorme encore.

De Mads Brügger. 2h06. Sortie: 03/04. ***(*)

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content