Critique

[Critique ciné] Cézanne et moi, maladroit mais touchant

Guillaume Gallienne et Guillaume Canet dans Cézanne et moi, de Danièle Thompson. © DR
Nicolas Clément
Nicolas Clément Journaliste cinéma

DRAME | Danièle Thompson s’intéresse à l’amitié passionnée qui a lié Emile Zola, l’ami des bourgeois, à Paul Cézanne, l’infréquentable.

Dans la foulée du flop retentissant de Des gens qui s’embrassent, la réalisatrice de La Bûche délaisse un temps la comédie pour s’intéresser à l’amitié passionnée, longue de 40 années et scellée par une brouille fatale, qui a lié Emile Zola, l’ami des bourgeois, à Paul Cézanne, l’infréquentable. Canet et Gallienne (avé l’accent, siouplaît) cabotinent souvent à qui mieux mieux en monuments momifiés de la culture française ressassant le passé avec fougue. Mais il y a aussi quelque chose de fondamentalement « touchant » dans ce film maladroit, bavard, insistant, académique, aux dialogues certes trop écrits mais parfois étonnamment bien tapés.

DE DANIÈLE THOMPSON. AVEC GUILLAUME GALLIENNE, GUILLAUME CANET, DÉBORAH FRANÇOIS. 1H53. SORTIE: 21/09. **(*)

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content