Critique

[À la télé ce soir] Un prophète

Tahar Rahim et Niels Arestrup dans Un prophète de Jacques Audiard. © DR
Louis Danvers
Louis Danvers Journaliste cinéma

Tahar Rahim se révèle intense, habité, sous le regard captivé, captivant d’un Jacques Audiard qui signe un prodigieux film de genre.

Gamin perdu dans la délinquance, illettré, sans repère, Malik entre en Centrale pour y purger une peine de six ans. Il n’en a que 19… Très vite, il va tomber sous la coupe d’un clan de détenus corses que dirige l’impressionnant César Luciani (formidable Niels Arestrup). Mais tout en remplissant pour eux des missions de plus en plus importantes, Malik va développer en cachette son propre réseau, avec des ambitions qui se heurteront tôt ou tard à l’ordre des choses derrière les barreaux… et au-delà. Tahar Rahim se révèle intense, habité, sous le regard captivé, captivant d’un Jacques Audiard qui signe un prodigieux film de genre… tout en faisant de la prison un microcosme où se reflète une société qui change inexorablement. Un grand film visionnaire, auquel l’actualité ne cesse de donner (cruellement) raison.

DRAME CRIMINEL DE JACQUES AUDIARD. AVEC TAHAR RAHIM, NIELS ARESTRUP, ADEL BENCHERIF. 2009.

Ce mercredi 11 mai à 20h55 sur France 4.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content