Critique

[À la télé ce soir] Priscilla, folle du désert

Priscilla, Queen of the Desert de Stephan Elliott. © DR
Nicolas Clément
Nicolas Clément Journaliste cinéma

Felicia et Mitzi sont deux travestis de Sydney. « Danseuses » de leur état, ils sont engagés avec Bernadette, un transsexuel, pour se produire dans un cabaret.

Coutumier de personnages à la virilité quasi ostentatoire, Terence Stamp, la cinquantaine bien sonnée, est littéralement bluffant dans un rôle totalement à contre-emploi, celui d’un transsexuel embarqué à bord d’un bus, en compagnie de deux amis drag queens, pour une improbable virée baroque au coeur de l’outback australien. Dans un film au franc-parler salutaire, peu avare en excentricités de tous poils et autres scènes d’anthologie. Voir, notamment, le lancer vaginal de balles de ping-pong.

DE STEPHAN ELLIOTT; AVEC TERENCE STAMP, HUGO WEAVING. 1994.

Ce dimanche 25 décembre à 22h45 sur La Deux.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content