Critique

[à la télé ce soir] Niagara

© 20TH CENTURY FOX/J. MACDONALD
Louis Danvers
Louis Danvers Journaliste cinéma

Un air de film noir plane sur ce drame intime réunissant deux couples de vacanciers et l’amant mystérieux d’une des épouses.

De la passion à la violence, il n’y a en effet qu’un pas dans cette intrigue sulfureuse, située dans le décor superbe des chutes du Niagara, à la frontière entre les États-Unis et le Canada. Le Technicolor magnifie la nature mais aussi les élans, les désirs humains, devant la caméra du prolifique et très solide Henry Hathaway. Mais la place de Niagara dans l’Histoire du 7e art se justifie surtout par la performance d’une Marilyn Monroe alors en passe de devenir la star absolue qu’on connaît. L’actrice enchaînera par la suite Les hommes préfèrent les blondes, Comment épouser un millionnaire, Rivière sans retour, Bus Stop et Certains l’aiment chaud, autant de classiques absolus que sa présence électrise. Dans le rôle de Rose Loomis, femme infidèle et tragique, Marilyn brille déjà singulièrement.

Drame de Henry Hathaway. Avec Marilyn Monroe, Joseph Cotten, Jean Peters. 1953. ****

Lundi 05/04, 20h55, Arte.

Partner Content