Critique

[À la télé ce soir] Mr. Mercedes (saison 3)

© DR
Nicolas Bogaerts Journaliste

Le face-à-face entre le détective Bill Hodges et le serial killer Brady Hartsfield a pris fin la saison dernière. L’attention se détourne donc du tueur psychopathe qui focalisait presque toutes les obsessions du récit depuis sa course meurtrière et inaugurale en Mercedes, au profit du policier et de son entourage.

Brendan Gleeson, qui incarne Hodges, se saisit du moment pour confirmer l’amplitude de son jeu d’acteur, figure imposante qui ne plie pas malgré les coups de boutoir d’une histoire toute en rupture, qui rebondit sur plusieurs registres narratifs (thriller, comédie noire, action, contemplation). Le sort de Lou Linklatter (Breeda Wool, inquiétante et sublime), accusée du meurtre de Hartsfield, porte aussi le nouveau chapitre sur les fonds baptismaux, ainsi que l’assassinat d’un auteur reclus, John Rothstein (Bruce Dern, pas sorti de son lit depuis le dernier Tarantino), par une petite frappe venu lui soutirer sa fortune. Ces deux fils narratifs s’enroulent autour de celui de Hodges avec une évidence déconcertante, et l’aide de ressorts de scénarios plutôt bien vus, qui ramènent l’histoire à la dualité première et l’ombre de Brady. Les sursauts de la réalisation, son avidité à cerner les failles et les cabosses des personnages redonnent un coup de pulpe et de jus à cette série qui bonifie, décidément.

Série créée par David E. Kelley. Avec Brendan Gleeson, Breeda Wool, Holland Taylor. ****

Samedi 20/6, 20h30, Be Séries.

Partner Content