Critique

[à la télé ce soir] L’île de l’héro

© dr
Julien Broquet
Julien Broquet Journaliste musique et télé

Dans la foulée du film coup de poing adaptant au cinéma en 1981 le terrible récit autobiographique Moi Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée, Arte diffuse deux documentaires sur le sujet.

Au printemps 1978, les journalistes Horst Rieck et Kai Hermann rencontrent Christiane Felscherinow à Hambourg lors du procès d’un pédophile berlinois. Les deux hommes veulent réaliser un reportage sur la vie des jeunes sans abri mais décident de se focaliser sur le parcours cruel et cabossé de l’adolescente. Christiane est une gamine qui se drogue et se prostitue pour payer ses doses d’héroïne. Une jeune fille de classe moyenne qui habite dans une tour, va au collège et vend son corps l’après-midi. À l’époque, la drogue n’est pas un sujet dont on parle en Allemagne.

Mais le magazine Stern va accepter de publier chaque semaine le récit de son quotidien. Un an plus tard, un livre autobiographique paraît. Un best-seller traduit en 18 langues. Une onde de choc qui change le regard sur les toxicomanes. Le tox n’est plus, au pire, un déchet, au mieux, un extraterrestre venu d’un autre monde. Il prend les traits d’une jolie jeune fille, coriace et intelligente, qui suscite l’empathie. L’Allemagne de l’Ouest découvre les ados qui meurent dans les centres-villes, les gares et les toilettes publiques.

Dans la foulée du film coup de poing adaptant au cinéma en 1981 ce terrible récit autobiographique, Arte diffuse deux documentaires sur le sujet. Le premier, français, Une génération perdue, réalisé par Claire Laborey et nourri par un spécialiste des addictions, un sociologue, un historien, un travailleur de rue mais aussi Kai Hermann ou encore la réalisatrice de la série qui a suivi, observe les lignes que l’ouvrage a fait bouger. Le changement de perspective sur les consommateurs de drogues. Des jeunes tout à fait normaux pour lesquels ce qui altère la conscience est un moyen de surmonter la tristesse dans laquelle ils doivent vivre.

Le second, allemand, Telle est l’histoire, signé Silvia Palmigiano, ressemble davantage à un making of. On y entend le réalisateur Uli Edel, qui voulait faire un western et a battu pendant une semaine La Guerre des étoiles au Brésil (« c’était déjà pas mal« ), ou encore le scénariste Herman Weigel, qui voulait que le film soit un mix entre La Fureur de vivre et L’Exorciste. On y croise aussi Hermann, l’acteur Thomas Haustein, un ex-junkie et Christiane, devenue à jamais le visage d’une crise de société. Une soirée dans les tréfonds de l’addiction et les méandres tourmentés de l’adolescence.

Moi Christiane F., droguée, prostituée…: une génération perdue

Documentaire de Claire Laborey. ***(*).

Christiane F.: telle est l’histoire

Documentaire de Silvia Palmigiano. ***(*)

Mercredi 09/02, 23h05, Arte.

Partner Content