Critique

À la télé ce soir: L’Esclave libre

Sidney Poitier (Rau-Ru) et Yvonne De Carlo (Amantha Starr) © Kirch Media
Louis Danvers
Louis Danvers Journaliste cinéma

Après les déjà formidables Gentleman Jim, Pursued et White Heat, Raoul Walsh signe avec L’Esclave libre (Band Of Angels) une oeuvre aussi admirable qu’intense.

A la mort de son père ruiné, la fille d’un planteur du Kentucky découvre que sa mère était une esclave noire. Seule et sans ressource, elle sera achetée par un homme riche et mystérieux, qui va l’emmener vers une vie de passion amoureuse, de situations extrêmes aussi, car la guerre civile (dite de Sécession) va exacerber des conflits où les questions de race tiennent un rôle majeur… Après les déjà formidables Gentleman Jim, Pursued et White Heat, Raoul Walsh signe avec L’Esclave libre (Band Of Angels) une oeuvre aussi admirable qu’intense. Il filme avec force un récit aux nombreux rebondissements et surtout aux accords humains et visuels très puissants. Yvonne De Carlo joue avec une merveilleuse et douloureuse évidence charnelle le personnage titulaire d’un sommet du grand cinéma hollywoodien. A (re)découvrir absolument!

FILM D’AVENTURES DE RAOUL WALSH. AVEC CLARK GABLE, YVONNE DE CARLO, SIDNEY POITIER. 1957.

Ce dimanche 24 mai à 20h45 sur Arte.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content