Critique

[À la télé ce soir] Les Rayures du zèbre

Les Rayures du zèbre - Benoît Poelvoorde © DR
Louis Danvers
Louis Danvers Journaliste cinéma

Trois Benoît participent à la réussite de cette comédie mâtinée de tragique, évoluant en funambule inspiré sur le fil de la caricature et du politiquement incorrect.

D’abord, bien sûr, Benoît Mariage, qui aborde avec bonheur l’univers du football sur les pas d’un recruteur belge ramenant chez nous un jeune joueur ivoirien plein d’espoir. Ensuite Benoît Poelvoorde, formidable en personnage énorme, tout à la fois maquignon cynique, paternaliste, et homme fragile masquant de moins en moins sa sensibilité. Enfin Benoît Dervaux, directeur de la photographie au réalisme en mouvement, idéal pour un sujet bourlinguant d’Afrique en Europe, de la canicule d’Abidjan à la neige sur Charleroi. L’intense et prometteur Marc Zinga offre remarquablement la réplique à Poelvoorde, dans un film affrontant les clichés culturels avec une grâce égale à son audace. On rit beaucoup, on est touché, aussi. Et les scènes de foot, chose rarissime, sont totalement crédibles!

DE BENOÎT MARIAGE. AVEC BENOÎT POELVOORDE, MARC ZINGA, TATIANA ROJO. 2014.

Ce vendredi 23 juin à 20h30 sur La Deux.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content