Critique

À la télé ce soir: Les Diaboliques

Les Diaboliques © DR
Louis Danvers
Louis Danvers Journaliste cinéma

Chef-d’oeuvre incontestable, le film de Henri-Georges Clouzot déploie des charmes sombres et sulfureux qui restent extraordinairement puissants, plus de 60 ans après sa sortie.

Rarement suspense aura été plus prenant, rarement aussi polar et horreur se seront épousés de si singulière et frissonnante manière! Chef-d’oeuvre incontestable, l’adaptation du roman Celle qui n’était plus de Boileau-Narcejac par Henri-Georges Clouzot déploie des charmes sombres et sulfureux qui restent extraordinairement puissants, plus de 60 ans après sa sortie. Paul Meurisse y interprète le directeur d’un pensionnat pour garçons. Tyran domestique, il a rendu malheureuse son épouse (Véra Clouzot, femme du réalisateur), qu’il trompe par ailleurs avec une des enseignantes (Simone Signoret). Curieusement, les deux femmes se rapprocheront, au point de former à l’égard du sinistre pervers qui les manipule un projet des plus radicaux… Aventurez-vous donc dans l’univers glacé, terrifiant d’un des meilleurs thrillers jamais réalisés. A vos risques et périls, certes, mais pour vivre une expérience saisissante.

THRILLER DE HENRI-GEORGES CLOUZOT. AVEC SIMONE SIGNORET, VÉRA CLOUZOT, PAUL MEURISSE. 1954.

Ce dimanche 13 septembre à 20h45 sur Arte.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content