Critique

[À la télé ce soir] Le Deuxième Souffle

© DR
Louis Danvers
Louis Danvers Journaliste cinéma

Arte multiplie les hommages à Jean-Pierre Melville, cinéaste magique et atypique dont l’oeuvre inclassable, à mi-chemin entre film noir américain et polar à la française, ne cesse d’imposer ses beautés, sa grandeur. Le Deuxième Souffle est un de ses sommets. Lino Ventura y incarne Gustave Minda, dit « Gu », une personnalité du « milieu », qui vient de s’évader de prison. Sa soeur et son meilleur ami veulent l’aider à se cacher et à préparer sa fuite vers l’Italie, mais Gu aime se la jouer solo. Pour financer son départ, il s’engage dans un « coup » qu’on lui a renseigné, un projet de hold-up qui ne tournera pas comme prévu… La présence massive et taiseuse de l’ex-catcheur Lino Ventura est admirablement cadrée par un Melville à la maîtrise des plus impressionnantes, même si Le Samouraï et Un flic iront ensuite plus encore vers l’épure. Adapté d’un roman de José Giovanni (lui-même inspiré de personnages réels), le film évolue avec bonheur entre crédibilité réaliste et solennité tragique.

Film policier de Jean-Pierre Melville. Avec Lino Ventura, Paul Meurisse, Raymond Pellegrin. 1966. ****(*)

Dimanche 29/3, 20h55, Arte.

Partner Content