Critique

[À la télé ce soir] Groland: le gros métrage

Groland: Le Gros métrage © Canal+
Julien Broquet
Julien Broquet Journaliste musique et télé

Grosse déception que ce premier long-métrage grolandais.

Faire rire avec une émission foldingue de 20 minutes et le tumulte de la vie en Présipauté, c’est une chose. Faire tenir cet humour trash du non-sens et du rase-pâquerettes sur une heure et demie en est une autre. Grosse déception que ce premier long-métrage grolandais. Avec Gustave Kerven, Benoît Delépine avait déjà réussi quelques films cinglés et décalés (Aaltra, Louise Michel, Mammuth…). Flanqué de Christian Borde, comprenez Moustic, il tombe ici à plat avec l’histoire de deux Grolandais qui veulent révolutionner le monde de la taxidermie grâce à une technique d’embaumement qui pourra même servir aux humains. Emmené par Gérald Touillon et le Belge François Neycken (que vous avez peut-être déjà croisé sur les planches ou dans les clips givrés de l’Experimental Tropic Blues Band: René the Renegade, Those Dicks), ce Gros métrage est un voyage raté en absurdie. Une expédition ni bien percutante ni très drôle avec ses « grosabots ». Mini Banzai…

COMÉDIE TÉLÉ DE CHRISTIAN BORDE ET BENOÎT DELÉPINE.

Ce samedi 19 décembre à 20h55 sur Be 1.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content