Critique

[À la télé ce soir] American Beauty

© DREAMWORKS
Louis Danvers
Louis Danvers Journaliste cinéma

Avec ses cinq Oscars (dont ceux du meilleur film, du meilleur réalisateur et du meilleur acteur) en 2000, American Beauty révélait spectaculairement le très grand talent du metteur en scène britannique Sam Mendes.

Venu du théâtre, celui-ci manifeste d’emblée un flair visuel extraordinaire, conférant à son premier film une identité aussi puissamment singulière que son scénario signé Alan Ball (les séries True Blood et Six Feet Under). American Beauty nous emmène au coeur de la famille Burnham, cossue et en apparence ordinaire mais dont la surface rassurante se fracturera bientôt sous l’effet des frustrations et d’une communication déficiente. Le père, magnifiquement interprété par Kevin Spacey, va tomber amoureux d’une amie de sa fille adolescente, tandis que son épouse (excellente Annette Bening) le trompe avec un agent immobilier. Et bien d’autres événements viendront encore compliquer les choses dans une chronique tragi-comique aussi savoureusement grinçante que riche en échos sur les États-Unis mais aussi plus largement universels.

Comédie dramatique de Sam Mendes. Avec Kevin Spacey, Annette Bening, 1999. ****(*)

Samedi 7/11, 20h15, Plug RTL.

Partner Content