Critique

À la télé ce mercredi soir: Princesse Mononoké

Princesse Mononoké © DR
Louis Danvers
Louis Danvers Journaliste cinéma

Le mot chef-d’oeuvre s’impose si souvent quand on évoque un film du maître du dessin animé nippon Miyazaki, que c’en deviendrait presque banal… si les films de ce génie bienfaisant n’atteignaient presque tous des sommets d’excellence!

Le mot chef-d’oeuvre, trop souvent galvaudé, s’impose absolument dans le cas de ce sommet du dessin animé signé par le maître japonais Miyazaki. Nettement moins accessible aux plus jeunes spectateurs que Ponyo sur la falaise ou Mon voisin Totoro, Princesse Mononoké nous emmène dans un Japon fabuleux, où humains et animaux vivent des relations très originales, fondées sur des complicités et des oppositions que colorent magie et mythologie. Nous sommes au XVe siècle, l’alliance des Hommes et des Bêtes gardiennes de la montagne ne résiste pas à la disparition de ces dernières, et un sanglier monstrueux charge les habitants d’un village… Sur fond d’écologie, le film déploie des trésors de beauté et parfois d’épouvante, révélant des héros surprenants, dont une jeune fille vivant au plus près de la nature, parmi les loups. Une merveille inclassable, et un classique de l’animation nippone.

  • UN FILM D’ANIMATION DE HAYAO MIYAZAKI. 1997.
  • Ce mercredi 23 octobre à 20h50 sur Arte.
Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content