Critique

À la télé ce dimanche soir: Un Américain à Paris

Leslie Caron (Lise Bouvier) et Gene Kelly (Jerry Mulligan) © Warner Bros
Louis Danvers
Louis Danvers Journaliste cinéma

C’est sans conteste l’un des plus grands chefs-d’oeuvre de la comédie musicale.

Un sommet d’énergie, de fantaisie, d’humour et d’émotion, porté par la musique sublime de George Gershwin et mis en scène avec une folle inspiration par le maestro Vincente Minnelli au sommet de son art. Le Technicolor flamboyant sied à merveille à ce grand spectacle où l’épatant Gene Kelly campe un peintre américain venu chercher l’inspiration -et la vie de bohème- à Paris. A la ville « réelle », en partie reconstituée en studio, s’ajoute celle des rêves qui emportent le héros, avec ses décors peints du plus bel effet. L’enchantement est total, avec une montée vers le long ballet final stylisé (marqué d’hommages à la peinture), où le mélange de couleurs, de sons et de mouvements atteint des sommets d’émotion lyrique. A voir et à revoir sans jamais s’en lasser!

COMÉDIE MUSICALE DE VINCENTE MINNELLI. AVEC GENE KELLY, LESLIE CARON, OSCAR LEVANT. 1951.

Ce dimanche 29 mars à 20h45 sur Arte.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Partner Content