The Pentaverate

© COURTESY OF NETFLIX

Un peu comme un Mel Brooks, Mike Myers s’est toujours entêté dans un style reconnaissable entre mille: références cinématographiques à foison, bris du quatrième mur, allusions sexuelles et humour scatologique… Sa dernière création, The Pentaverate, n’y coupe pas. On y retrouve également une autre de ses marottes, à savoir jouer les trois quarts des rôles, grossièrement grimé. Myers est ici (notamment) Ken Scarborough, un journaliste canadien poussé vers une retraite anticipée. Pour l’aider à récupérer son poste, Reilly (Lydia West, vue dans Years and Years), une de ses futures ex-collègues de la chaîne CACA (sic), lui propose d’enquêter sur le Pentaverate, une prétendue société secrète qui dirigerait le monde. Myers est loin des sommets de sa carrière -situés environ entre les deux premiers volets d’ Austin Powers-, et son dernier scénario en date, The Love Guru, fut un échec cuisant. Avouons toutefois que, malgré une énième vanne à base de pets de l’énergumène qui sert de guide à nos deux héros (Mike Myers, qui d’autre?), on ne rechigne pas à lancer l’épisode suivant. Le générique est la délicieuse occasion d’entendre l’inestimable Jeremy Irons. Il y rappelle les principes du Pentaverate (cinq hommes dirigent le monde depuis la peste noire de 1347, ils sont sympas, et il ne faut en aucun cas dévoiler leurs agissements) et somme les spectateurs de ne pas zapper l’intro… Le tout est un brin désuet, voire parfois franchement ringard; mais il se dégage du show et de ses gags souvent idiots (outre l’odeur pestilentielle de certains personnages) une sorte d’enthousiasme réconfortant. Ce n’est pas mauvais, ce n’est pas génial non plus, mais on rit, et les acteurs -pas seulement Mike Myers- semblent s’éclater dans leurs rôles farfelus. En plus, on y apprend que le Canada serait flou (?!)… Mike Myers est cet oncle un peu beauf qui réussit, parfois, à nous arracher de francs sourires, et qu’on aime malgré tout.

Une minisérie créée par Mike Myers. Avec Mike Myers, Lydia West, Jeremy Irons. Disponible sur Netflix.

7

Partner Content