Critique | Télé

À la télé ce soir: The Time Traveler’s Wife

3,5 / 5
© dr
3,5 / 5

Titre - The Time Traveler's Wifre

Genre - Série

Réalisateur-trice - Steven Moffat

Quand et où - Lundi 16/05, 20h30, Be 1.

Casting - Rose Leslie, Theo James, Desmin Borges.

Nicolas Bogaerts Journaliste

Clare (Rose Leslie, lire son interview dans le Focus de la semaine prochaine) et Henry (Theo James) s’aiment. Mais leur union est régulièrement interrompue par les disparitions d’Henry, qui souffre d’un syndrome le projetant aléatoirement dans le temps. Là, littéralement à poil, il se débrouille pour survivre et revisiter une histoire qui lui échappe, retrouvant Clare -et lui-même- à différents âges, tandis qu’elle attend. Au-delà d’une romance qui explore les questions de l’amour, du couple, de la mort, la série (diffusée également la nuit de dimanche à lundi à 3 heures) approfondit les notions explorées en sous-texte par le roman original d’Audrey Niffenegger -la perte, le déterminisme, la mutation, le libre arbitre-, toutes en rapport avec un trauma originel. Les prémices sont intrigantes mais certaines situations, comme la première rencontre entre Clare, 8 ans, et Henry, 40, matrice de la passion que la jeune femme porte à son futur mari, laissent une drôle d’impression persistante. L’arborescence des complications engendrées par la situation, jusqu’à l’irréversible, donne le ton d’un récit qui, bien que noyauté d’incohérences, déploie un souffle tragique piqué d’une insouciance que le couple d’acteurs rend perceptible. Rose Leslie (Vigil, Game of Thrones) ouvre un éventail minutieux de sentiments complexes, contradictoires. Elle offre une intense présence à son personnage de nouvelle Pénélope, qu’elle sauve de bien des minauderies par ses subtiles ruptures de rythme.

Partner Content