Critique | Télé

À la télé ce soir: Romy, femme libre

3,5 / 5
© Eva Sereny / Iconic Images
3,5 / 5

Titre - Romy, femme libre

Genre - Documentaire

Réalisateur-trice - Lucie Cariès et Clémentine Deroudille

Quand et où - Vendredi 20/05, 21h10, France 3.

Nicolas Bogaerts Journaliste

L’intensité de Romy Schneider, actrice solaire, femme farouchement libre, proie des objectifs voyeurs prompts à capter les tragédies d’une vie qui n’en manquait pas, irradie ce documentaire en forme d’hagiographie romanesque. Il déploie une quantité impressionnante d’archives composées de longs extraits de films, d’images familiales, d’extraits de journaux intimes, d’interviews d’autant plus précieuses que Romy Schneider n’en accordait, selon la légende, que peu. Ce portrait démarre sur les blessures premières de la comédienne, des parents acteurs chouchous du régime nazi, dont le divorce dans l’immédiat après-guerre va durablement la marquer. Mais c’est sa nature émancipée qui explose: enfant star propulsée par le succès de Sissi, elle renonce à un destin de crinoline pour plonger avec Visconti, Welles, Preminger, Cavalier et Sautet dans une carrière qui, jusqu’à l’aube des années 80, en fera une figure emblématique incontestable du cinéma. Et de son époque. Féministe sans jamais l’avouer, femme amoureuse souvent à ses dépens, exigeante et entière, elle incarne son temps comme personne. Si le docu laisse en suspens plusieurs questions afin de ne pas troubler son parti pris de départ, il s’en dégage tout de même une élégance racée, un hymne à la liberté chèrement acquise tout autant que payée, et dont Romy demeure à jamais le prénom.

Partner Content