Critique | Télé

[à la télé ce soir] Marcello Mastroianni, l’Italien idéal

3,5 / 5
3,5 / 5

Titre - Marcello Mastroianni, l’Italien idéal

Genre - Documentaire

Réalisateur-trice - Emmanuelle Nobécourt

Quand et où - Vendredi 06/05, 20h30, La Trois

Julien Broquet
Julien Broquet Journaliste musique et télé

Cela commence les pieds dans l’eau. Pas n’importe quelle eau: celle de la fontaine de Trevi. Là où l’icône va naître. Là où le séducteur flamboyant de la Dolce Vita va imposer son style. Le chic décontracté. Le noir et blanc. Le charme fou et l’ironie légère. Ce seul film propulsera Marcello Mastroianni au panthéon des stars planétaires. Emmanuelle Nobécourt, à qui l’on devait déjà des documentaires sur Claudia Cardinale, Jack Nicholson, Pathé et Gaumont, brosse ici un portrait très sobre et classique d’un acteur qui a voyagé entre l’art et le divertissement avec une aisance inimitable. Mari cocu, impuissant, loser en tout genre… Marcello a souvent eu des rôles d’homme fragile mais il s’est à la fois fait antihéros, séducteur de comédie et latin lover. Nourri par des interviews de Marina Vlady, de Jean Sorel, d’Alessandro Gassmann, de sa fille, de Sandrine Bonnaire, mais aussi d’images et d’entretiens d’époque (notamment de Visconti), L’Italien idéal raconte un homme et un parcours étonnants. Le comédien à qui le théâtre a apporté la rigueur mais qui a préféré le foutoir joyeux et créatif des tournages. L’acteur incroyable à qui on devait souffler ses répliques (“parce que les mots ne sont pas tellement importants”). Mais aussi l’homme à femmes, le fumeur acharné et buveur invétéré qui emmenait en permanence les techniciens picoler. Une cetaine idée de la classe italienne…

Partner Content