Channel 4 bientôt privatisée pour rivaliser avec les géants du streaming ?

© Printscreen
FocusVif.be Rédaction en ligne

Le gouvernement britannique a annoncé son intention de privatiser Channel 4, expliquant vouloir l’aider à « rivaliser » avec les géants du streaming mais suscitant la « déception » de la chaîne de télévision au rôle important dans la création audiovisuelle au Royaume-Uni.

Channel 4 est la propriété du gouvernement depuis son lancement en 1982 mais tire son financement de la publicité, sans bénéficier de la redevance comme la BBC. Elle doit réinvestir ses profits dans la création et son sort, en discussions depuis des mois, est donc très suivi dans les milieux culturels.

Parmi les succès de Channel 4, The Great British Bake Off, émission de pâtisserie au succès considérable pendant les confinements, ou encore la série It’s a Sin, en lice dans 11 catégories pour les prochains Baftas de la télévision.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

« Channel 4 occupe à juste titre une place privilégiée dans la vie britannique et je veux que ça reste le cas », a tweeté lundi soir la ministre britannique de la Culture Nadine Dorries. « Je suis arrivée à la conclusion que la propriété du gouvernement empêche Channel 4 de rivaliser avec les géants du streaming comme Netflix et Amazon« , a-t-elle ajouté.

Une consultation publique

Envisagée depuis des mois, la privatisation de la chaîne, dont la mission de service public est inscrite dans la loi britannique, a fait l’objet d‘une consultation publique lancée en juillet dernier qui a récolté plus de 60.000 réponses.

« Il est décevant que l’annonce (de la privatisation) ait été faite sans formellement reconnaître les importantes préoccupations d’intérêt public qui ont été soulevées », a regretté Channel 4 dans un communiqué.

La décision de privatiser la chaîne « n’a aucun sens », a estimé mardi la députée de l’opposition travailliste Lucy Powell, en charge des questions de culture.

« Plutôt que de concurrencer certains des grands géants américains du streaming, je crains qu’il soit plus probable que (la chaîne) soit rachetée par l’un d’eux », a-t-elle dit au micro de la BBC.

La privatisation n’est pas encore inscrite dans le marbre, le gouvernement devrait l’annoncer au Parlement dans les prochaines semaines et les parlementaires devront ensuite étudier et valider le projet.

Des membres du parti conservateur au pouvoir, très critiques en général contre l’audiovisuel public, reprochent régulièrement à Channel 4 d’être biaisée, notamment depuis que l’ancienne responsable des programmes d’actualités Dorothy Byrne a qualifié en 2019 Boris Johnson de « menteur » et de « lâche ».

Partner Content