Critique | Séries/Télé

[à la télé ce soir] Histoire de l’antisémitisme

Nicolas Bogaerts Journaliste

Vieille de 2 000 ans, l’Histoire de l’antisémitisme dans le monde est largement méconnue, polluée par les lieux communs et les mensonges, obscurcie par l’ignorance. Appuyé sur un corpus monumental de sources scripturaires, littéraires, visuelles, commenté par une trentaine de spécialistes de la question (historiens, théologiens, psychanalystes, anthropologues, sociologues), ce documentaire en quatre volets aussi denses que concis démontre à quel point l’antisémitisme est une construction. Celle, patiente, répétée, d’un imaginaire normalisé du rejet et de la haine.

Ses ressorts ne se limitent pas à l’Histoire religieuse. Ils sont à trouver dans l’Histoire politique, économique, sociale, juridique, culturelle, une Histoire intellectuelle qui hante le domaine des représentations et de l’imaginaire. Car l’antisémitisme a sa généalogie, depuis l’antijudaïsme antique jusqu’à nos jours. Il a son espace aussi, mouvant, de la Méditerranée à l’Oural, de la péninsule ibérique à la péninsule arabique, avant d’essaimer, au XIXe siècle, un peu partout dans le monde. Les quatre épisodes chapitrés chronologiquement nous plongent dans les sources qui, dès le Moyen Âge chrétien, ont créé de toutes pièces une représentation des Juifs sans aucune base réelle. Le travail de recherche, d’analyse et de vulgarisation des trois auteurs, Laurent Jaoui, Judith Cohen-Solal et Jonathan Hayoun (ce dernier étant à la réalisation), est impressionnant, méticuleux, limpide. Il accouche d’un récit accablant pour notre Histoire commune, où suintent l’instrumentalisation et l’opportunisme coupables.

Accusés d’avoir tués le Christ, ils sont, pour saint Augustin dans La Cité de Dieu un peuple fossile, infantilisé, qui doit être assujetti. Dans les enluminures et les reliquaires conservés aux quatre coins de l’Europe, le documentaire piste la naissance du stéréotype des Juifs au nez crochu, leur prétendu rapport à l’argent. Dans leurs vastes diasporas, ils connaissent un destin contrasté, entre tolérance, cohabitation mutuellement bénéfique et fureur punitive. Croisades, Révolution française, pogroms, sionisme, délire du protocole des sages de Sion, naissance de la notion d’antisémitisme à la fin du XIXe siècle dans le sillage de celle des races, Solution finale, chaos des discours contemporains… Aucune étape n’échappe à cet outil pédagogique de première importance qui emprunte ses reconstitutions historiques aux intermèdes réalistes du jeu Assassin’s Creed et aux illustrations de l’auteur de BD Leonard Cohen. Tout en mettant une distance prudente vis-à-vis d’une réalité éprouvante, violente, ils soulignent le lien permanent entre passé et présent qui devrait nourrir notre conscience plutôt que nos haines tenaces.

Documentaire de Laurent Jaoui, Judith Cohen-Solal et Jonathan Hayoun. ****

Mardi 12/04, 20h55, Arte.

Partner Content